Clara Morgane : « Marseille est ma ville de coeur »

image internationale
Les calanques s’offrent une image internationale
janvier 8, 2016
un tunnel pratique
Marseille inaugure un tunnel pratique
janvier 8, 2016
Clara Morgane :

Clara Morgane sera samedi 26 octobre 2013 à la Fnac de la Valentine pour une séance de dédicaces de son nouveau calendrier. L’occasion, pour elle, de parler de son attachement à sa ville natale.

Vous présentez votre nouveau calendrier, qu’a-t-il de nouveau par rapport aux autres ?

C’est avant tout un défi pour moi car j’ai la chance de rencontrer des photographes de réputation mondiale. C’est un terrain de jeu particulier, différent de la télé ou de mes autres activités, mais ça permet d’exprimer mon côté artistique.

A part les hommes, quel public visez-vous ?

Mais je ne vise personne ! (rires). Ma volonté est de créer quelque chose de suffisamment artistique pour plaire à tous. Evidemment mes photos ne sont pas faites par Helmut Newton, mais les photographes avec qui je travaille cherchent à célébrer le corps de la femme. C’est le but recherché.

Vous êtes ce samedi à Marseille, ville où vous êtes née, quelles attaches gardez-vous ici ?

Je peux retrouver ma famille car ils vivent ici. Mais Marseille est et restera ma ville de cœur. Les gens ici me le rendent bien en étant toujours sympathiques car ils savent que je suis d’ici.

Justement, avez-vous en tête des projets ici ?

On ne m’a encore rien proposé mais si c’est possible et que le projet me plaît, je dirais oui.

Même si vous vivez à Paris, suivez-vous l’actualité souvent difficile à Marseille ?

Oui et je suis toujours scandalisée de voir ces assassinats ou ces élections où rien ne se passe normalement. Ça ne donne pas une bonne image alors qu’on y vit très bien. Moi, j’ai vécu ici une enfance magnifique au bord de l’eau à la Pointe-Rouge et dans le quartier de l’opéra.

Un quartier qui a fait la une de l’actualité à la suite à d’une fusillade…

Oui il paraît que ce quartier est devenu dangereux la nuit, ça m’attriste. Quand on écoute les informations, on a l’impression que la violence ne cesse de croître. Les choses ne vont pas dans le bon sens.

source : metronews.fr